Le navigateur qui n'établit pas un plan de route est non seulement téméraire mais insensé.

Il risque de partir à coup sûr à la dérive;

Notre destination : la gloire, c'est-à-dire la vie comme Dieu l'a toujours voulue.

Notre route : le Christ, chemin vivant.

Nos cartes : l'enseignement des apôtres.

 

Seigneur, tu m'as rendu la vie.

Je veux proclamer ta grandeur, Seigneur,

Car tu m'as tiré hors du gouffre,

Tu n'as pas laissé mes ennemis,

S'amuser à mes dépens.

Seigneur mon Dieu, 

Je t'ai appelé à l'aide et tu m'as guéri.

Tu m'as fais remonter du monde des morts;

J'avais un pied dans la tombe,

Mais tu m'as rendu la vie, Seigneur.

Célébrez le Seigneur,

Par vos chants, vous ses fidèles.

Louez-le en rappelant qu'il est Dieu.

Sa colère ne dure qu'un instant,

Mais sa bienveillance toute la vie.

Les pleurs sont encore là le soir,

Mais au matin éclate de joie.

Je me croyais tranquille et me disais :

<<Rien ne me mettra jamais en danger.>>

Seigneur, dans ta bienveillance,

Tu m'avais assuré une forte position.

Mais tu t'es détourné de moi,

Et me voilà plongé dans le désarroi.

Seigneur, je t'appelle à mon secours;

Toi qui est mon maître, je t'implore.

Tu as changé ma plainte en danse de joie,

Tu m'as ôté mon vêtement de deuil,

Tu l'as remplacé par un habit de fête.

Alors, de tout mon coeur je n'en finirai pas,

De célébrer ta gloire par mes chants.

Seigneur mon Dieu, je te louerai toujours.

A méditer.

N'aurions-nous pas à faire de temps à autre le point sur notre plan de navigation?

Que penserions-nous d'un marin qui ne vérifierait pas ses coordonnées et qui ne contrôlerait pas son itinéraire !

Les chrétiens à la dérive ressemblent à des marins navigant sans voile et sans gouvernail.

Reprenons notre manuel de navigation, la Bible, apprenons à déployer nos focs, tenons fermement le cap, les regards fixés sur Jésus! c'est lui notre terre promise, notre nouveau continent.